À l’origine de Magdala, il n’y avait qu’un pavillon de chasse, «La Briquerie», perdu dans les étangs et les bois de Sologne. C’est son propriétaire, Louis Bérard, entré dans les Fraternités de Jérusalem en 1981 après son veuvage, qui a voulu en faire don aux Fraternités. Selon leurs Constitutions, les Fraternités de Jérusalem, qui ne veulent être propriétaires d’aucun bien immobilier, en ont à leur tour fait don à l’évêché de Blois.

Après une histoire jalonnée de multiples chantiers, Magdala devint un véritable monastère, lieu de désert et de retraite au service de la restauration spirituelle de l’homme citadin et placée sous le patronage de sainte Marie-Madeleine, apôtre de la miséricorde de Dieu.

Magdala est aussi le lieu où Frère Pierre-Marie Delfieux choisit de passer les derniers mois de sa vie et où il repose désormais  au milieu des six frères et sœurs qui ont déjà rejoint la maison du Père.

1985
1989
1991
1994
1995
1997
2003
2017

«La Briquerie» devient Magdala, la maison d'accueil des Fraternités de Jérusalem. Aménagement des boxes des chevaux en cellules (Siloé) et de l’écurie en oratoire.

Construction du Mont Sion et consécration de l’autel de la grande chapelle aménagée dans l’ancienne grange et éclairée par les vitraux d’Henri Guérin.

Aïn Karim, l’ancienne maison du garde-chasse, et Béthanie, dans le prolongement de la chapelle sous les combles, sont aménagés.

Construction d’une salle octogonale de conférences nommée la Maison de Pierre.

Construction de Nazareth, avec son atelier.

Construction d’Ephraïm, près du verger.

Construction de Bethléem, entre la Maison de Pierre et le cimetière.

Début de projet de contruction de la maison Jérusalem.

Fermer le menu